Le StoryTelling

Nous connaissons tous Aladin et l’histoire de sa lampe magique…
En la frottant, Aladin faisait apparaître un génie, capable d’accomplir toutes ses volontés, sans limite. Grâce à la magie de la lampe, il vécu dans le bonheur !
Je ne suis pas Aladin, je suis Valérie (artiste | artisan | designer).
L’histoire d’Obulli c’est parle elle aussi de lampes
Ces objets lumineux qui éclairent nos foyers, au quotidien.

Les lampes Obulli vous invitent à libérer votre génie !
Pour ce faire, c’est très simple : il vous suffit de jouer avec vos lumières…

Je vais vous raconter l’histoire d’Obulli et vous dévoiler ses secrets.
« La simplicité est la sophistication suprême » – Léonard de Vinci
2 ans de recherche et développement m’ont permis de créer Obulli !

Mes racines, c’est grâce à elles que tout a commencé…
Je me souviens… j’avais 7 ans quand j’assistais à la construction de la maison familiale, qui se montait brique par brique. C’est avec un œil admiratif
que j’ai vu mes parents travailler durant 2 années, sur ce chantier.
Toute jeune à cette époque, je m’amusais à dissoudre des coquelicots
dans l’eau de pluie, pour créer une couleur d’un rouge vif. Alors déjà inscrite aux Beaux-Arts, je réalisais des tableaux qui représentaient des bouquets
de coquelicots
grâce à ce lavis obtenu.

Mon enfance a conditionné mes valeurs et mon orientation…
J’ai quitté le cocon familial après mon Bac Scientifique pour intégrer l’École Supérieure d’Art et de Design (ESAD) et apprendre mon métier de designer.
Je suis fascinée par les constructions monumentales de nos régions et admirative des prouesses architecturales… de ces hommes, qui ont fait preuve d’un tel courage pour construire nos Cathédrales, à mains nues, sur des siècles durant. Ça force le respect, vous ne trouvez pas ?!

alt

Photos, dessin au crayon à main levée et lampe Obulli (Manoir de Villers).

alt

La vente de ma maison familiale
J’ai ressenti une grande perte, c’était une étape difficile dans ma vie : le lieu de mes souvenirs d’enfance ne faisait plus partie de ma famille. J’ai alors repensé
à une autre maison que j’aimais beaucoup. Son architecture était typique de ma région. Elle avait été détruite pour un projet immobilier. J’avais assisté à ce massacre architectural en passant devant par hasard, il m’avait été difficile de rester de marbre.

C’est en donnant la vie que j’ai trouvé du sens à la mienne !
Descendue au bloc opératoire pour subir une césarienne d’urgence, mon esprit s’est trouvé envahie par une lumière aussi éblouissante qu’apaisante. J’étais partie très loin… C’est au contact du visage de mon bébé, posé sur le mien, que j’ai trouvé la force d’ouvrir les yeux.

Depuis, mon regard sur le monde a changé,
la lumière a définitivement marqué mon esprit.

En quête d’apaisement, j’ai trouvé ce qui m’anime !
Habitant non loin de la Cathédrale de Rouen, j’y suis allée pour réfléchir à ma vie, à mon avenir, à ce que je voulais créer et laisser. J’ai été absorbée par la beauté des vitraux et la lumière colorée qui en émane.
La technique d’assemblage de ces pièces de verre me captivait, j’imaginais
la complexité de ces « puzzles » et le savoir-faire d’exception de ces artisans…

Il me fallait rejoindre l’artisanat pour travailler de mes mains,
créer et construire.

J’avais envie d’éveiller les regards, les consciences et de susciter de l’intérêt
pour la création. Je voulais la rendre plus accessible tel un jeu, persuadée
qu’elle serait ainsi mieux évaluer et plus respecter.
Sans compter que la création est une invitation au lâcher-prise, c’est une source de bien-êtrecréer donne de la satisfaction et procure de la joie !

J’avais besoin de fonder une entreprise en lien avec l’artisanat, le dessin,
le design et l’innovation… une entreprise qui a du sens et me rend actrice d’un changement !

Alors formatrice en dessin et création chez les Compagnons du Devoir, j’étais au contact de la jeune génération. J’intervenais pour créer un pont entre les techniques ancestrales et les moyens technologiques qui tuent l’esprit créatif, si l’usage est exclusif. Je considère que les 2 forment un tout.

Ce qui m’anime au quotidien c’est l’idée d’illuminer ce qui fait écho
à un moment, à un souvenir, associé à un bon moment passé…

J’imagine, dessine, fabrique les lampes Obulli au sein de mon atelier. Ces lampes mettent en lumière le patrimoine de nos régions (architecture, faune, flore, styles décoratifs français). Chaque décor, découpé sur les parois en bois ou en verre acrylique, est issu d’une création au crayon et prend vie
par un simple clic, à la nuit tombée, sur votre mur intérieur.

Comment est né le concept du kit chez Obulli ?
L’idée du montage en kit m’est venue de l’étude des contraintes des voyageurs, dont la problématique du rangement des cadeaux souvenirs en fait partie. À l’origine de la création, les lampes Obulli avaient essentiellement de l’intérêt pour une clientèle touristique (monuments sur les parois).
Donc elles se démontaient pour être facilement transportées dans une valise, conditionnées à plat dans un coffret, préservées du risque de casse.

Pour aller plus loin… Obulli voulait être accessible à tous !
« La simplicité est la sophistication suprême » Léonard de Vinci
Deux ans de développement produit m’ont été nécessaire pour rendre la technique d’assemblage simple et accessible, à la base complexe et onéreuse
(coût de revient 10 fois supérieur au prix actuel).

Ces lampes vous invitent à jouer avec vos lumières et à libérer le génie
qui sommeille en vous… Dotées d’un système prêt-à-monter intuitif voire ludique, rapide et 100% sécurisé ; aucun outil ou connaissances en électricité ne sont nécessaires pour le montage !

Les lampes Obulli peuvent évoluer au fil du temps…
avec pour limite, votre seule volonté.

Parce que la lampe d’Aladin était capable d’accomplir toutes ses volontés, sans limite apparente… Obulli a envie de créer un lien d’attachement avec son créateur et de lui permettre, à volonté, de changer ses parois décorées !

Avant la commercialisation, j’ai déposé un brevet d’invention et la marque.

Pourquoi le nom Obulli ?
Le reflet dans le miroir du nom « obulli »  vous révèlera le nom original qui était… « illudo ». L’étymologie latine d’illudo signifie « jouer avec ».
La marque devait elle aussi comporter une forme de complexité et abriter sa part de mystère…

La Création et la Fabrication des lampes Obulli
Chaque lot de parois décorées est édité en série limitée à savoir en 25 exemplaires.
Des séries liées aux évènements, qui se déroulent tout au long de l’année, sortiront pour l’occasion.

Obulli s’engage à :
• Respecter l’environnement et minimiser l’empreinte écologique
sur les générations futures
Optimiser l’utilisation des matières premières,
issues d’exploitations françaises responsables
Créer et fabriquer en France !

L’ambition des lampes Obulli :
• Créer des souvenirs (au travers de la réalisation d’une activité manuelle créative),
• Procurez de la satisfaction (liée au faire soi-même Do it Yourself),
• Constituer une communauté de créacteurs (animation d’une chaîne YouTube :
> Modes d’emploi et Ateliers créatifs « CréaBulle », en vidéos.
> Valorisation des créations des Obulleurs,

• Animer les réseaux sociaux pour créer une dynamique autour de la marque
(lancer des jeux concours et des tirages au sort)

• Générer de l’attachement à un objet (lié au concept d’objet évolutif,
dans un contexte sociétal du « tout-jetable »)
,
• Faire des économies (grâce au réassort des parois décorées
et à la conservation de l’ossature de la lampe)
,

À quels secteurs s’adressent Obulli ?
Tourisme & Patrimoine
Décoration d’intérieur
Loisirs créatifs